Pression fatale… autant pour l’auteur que pour nous!

Ça y est ! Il est de retour!

L’inspecteur Eberhofer nous revient pour de nouvelles aventures autant culinaires que policières…
Comme d’habitude, il est excellent de nullité!

Pris entre sa nouvelle affaire, la mémé et la Suzy, le commissaire tout juste promu va devoir composer pour pouvoir retrouver sa vie calme et tranquille… sans compter que le nous sommes en plein Carême et que la mémé l’a mis à la diet!!

C’est complètement hilarant, comme toujours. Le commissaire est tellement taré que ça en est dingue!

La lecture du troisième n’est pas finie que déjà on a hâte de lire le prochain! Par pitié, faite vite! C’est trop bon!!!

« Dans le paisible village de Niederkaltenkirchen, le dîner est servi. Là, dans le lit du juge Moratschek, en plein sur ses draps tout blancs, une tête de cochon sanglante, façon Parrain bavarois. Sinistre. Juste après qu’on a signalé l’évasion d’un dangereux prisonnier, à côté de qui les exploits d’Hannibal Lecter ne sont rien. Pour ce psychopathe en cavale, l’heure de la vengeance contre le magistrat qui l’a mis à l’ombre a sonné.
De quoi plonger le commissaire Franz Eberhofer dans une véritable détresse existentielle. Déjà que la belle Susie s’est enfuie en Italie, que le Papa casse les oreilles de tout le monde avec ses chers Beatles, et qu’en cuisine la Mémé leur inflige un Carême plus catholique que le pape… Maintenant, il a un tueur fou à attraper, et un juge fan des Stones à protéger. »

 

Partagez votre avis

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *